Jeudi 19 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Afrique du Sud: manifestation contre l'esclavage des migrants en Libye

En Afrique du Sud, plusieurs organisations de la diaspora ont défilé mardi 12 décembre à Pretoria pour protester contre l'esclavage des migrants en Libye.

Les images d'un marché aux esclaves, diffusées par la chaîne CNN, avaient créé une émotion mondiale. La centaine de manifestants a déposé un mémorandum auprès de la présidence et de l'ambassade de Libye, entre autres.

Certains avancent les mains entourées de chaînes. Des pancartes « Je ne suis pas à vendre » sont brandies à bout de bras. Des images aussi, de migrants africains parqués et vendus en Libye. Le choc et la colère sont partagés.

« En tant qu’humain ça fait très mal, parce que tu ne peux pas prendre une autre personne et la vendre pour 300 ou 400 dollars, s’insurge ce manifestant. Ça fait encore très mal parce que les leaders africains ne réagissent même pas à ce qui se passe. Ça fait honte aux Africains. Ils doivent faire quelque chose ! »

► CNN et sa vidéo d’hommes vendus comme esclaves en Libye

Beaucoup de manifestants sont eux-mêmes des immigrés en Afrique du Sud, comme Sidua, originaire de Zambie. « Ces images, je ne peux même pas les regarder tellement elles me font de la peine. Nous sommes tous partis de notre pays pour une raison. Mais au bout du compte, ça revient toujours à essayer de faire quelque chose pour aider notre famille », explique-t-il.

Les représentants du Forum de la diaspora africaine ont interpellé les dirigeants, appelés à prendre leurs responsabilités. « Quand vous êtes au pouvoir, vous l’êtes pour le peuple, vous l’êtes pour les citoyens ordinaires. Alors lorsque les citoyens ordinaires doivent fuir l’Afrique et trouver d’autres continents comme paradis, cela veut dire que vous avez échoué, vous, les leaders africains en matière de gouvernance, en matière de leadership. »

Le président du Forum de la diaspora africaine a profité de cette tribune pour dénoncer aussi les conditions parfois très dures dans lesquelles sont détenus les immigrés en situation irrégulière en Afrique du Sud.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018