Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Sega Diarrah, à propos des 200000 emplois d’IBK : « Mensonge ! Nous sommes très loin des 200000 emplois »

Le collectif Bi-Ton demande des comptes au gouvernement malien qui s’active dans le saupoudrage chantant sur tous les toits que le seuil des 200000 emplois promis par le président IBK à l’orée de la présidentielle a été atteint. 

« A entendre le ministre de l’Emploi et sa clique, c’est le plein emploi au Mali », ironise Sega Diarrah, président du Collectif Bi-Ton. Paradoxe pour autant quand on sait que la jeunesse, principale concernée, broie du noir.

Le ministre Maouloud Ben Kattra, porteur d’un discours aussi déconcertant, a été incapable de prouver ces balivernes distillées tambour battant. « Partout où nous avons demandé des chiffres, les structures techniques se sont rétractées », confesse Sega Diarrah, la mort dans l’âme.

Ben Kattra est assurément le seul à chanter à cor et à cri que les 200000 emplois ont été crées. Seulement voilà, il fait désormais cavalier seul lâché par les services techniques relevant de son département qui n’ont pas de chiffres pouvant étayer les mensonges de leur ministre.  

Alors que le pays compte à peine 120 000 fonctionnaires, le téméraire ministre d’IBK évoque 106 000 postes de fonctionnaires créés en 4 ans.

Incapable de démontrer comment les 200000 emplois ont été crées et qui en sont les bénéficiaires, l’ancien responsable syndical devenu méconnaissable s’emploie tout de même à chiper les projets ou initiatives visant à stimuler la création d’emplois. Le collectif Bi-Ton est ceux dont les projets ont fait l’objet de récupération.

En lieu et place du salon que projetait d’organiser Bi-Ton, le Ministère de l’Emploi a organisé fin septembre une foire régionale de l’Emploi. Récoltant un cuisant échec tant du point de vue de l’organisation que du point de vue d’un engouement qui n’en a jamais été un.

Après plus de 10 demandes d’audience qui se sont avérées infructueuses, le Collectif se pose bien des questions. « Nous n’avons pas compris pourquoi le ministre et ses services ne veulent pas de notre collaboration », regrette Sega Diarrah qui promet de ne pas baisser les bras.

70 entreprises avaient déjà été contactées dans le cadre de ce salon. « Nous n’avions pas demandé de financement au Gouvernement. Nous voudrions juste son accompagnement. Mais… hélas », regrette amèrement Sega Diarrah.

Pointant du doigt le système éducatif malien qui ne laisse aucune chance à la nouvelle génération d’être éligible sur le tableau de l’emploi dans les années à venir, le chef du Collectif Bi-Ton demande une politique d’adaptation des politiques aux réalités de l’emploi.

Un meeting pour marquer la résistance

Au cours du meeting géant qu’il organise le 14 octobre 17, au Palais de la Culture Amadou Hampathé Ba, le collectif Bi-Ton partagera ses idées avec la jeunesse du Mali. Cette jeunesse, selon Sega Diarrah, devrait se réveiller et se hisser à la hauteur de la gravité du contexte. « Nous allons entrer en résistance. Il nous faut prendre des initiatives. Nous exigeons un emploi décents pour tous ».

Devant la qualité d’un enseignement qui se détériore au fil des années, le Collectif Bi-Ton fort de ses 60000 adhérents n’entend pas croiser les doigts. « Les politiques publiques dans le cadre de l’emploi ont montré leurs limites. Certes ce n’est pas le gouvernement qui crée les emplois, mais celui-ci se doit de créer le cadre et les conditions favorables pour ce faire ».

Et le président de Bi-Ton d’ajouter : « Notre va vers son déclin si nous ne prenons pas nos responsabilités ».

Le Collectif entend prendre son bâton de pèlerin, sillonner l’ensemble du pays et faire adhérer la jeunesse à sa cause.

Par David Dembélé

 

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #2 Aly Coul 12-10-2017 11:56
Belle initiative de Bi-Ton. Pourvu que la résistance aille jusqu'au bout.
Citer
0 #1 Moise 12-10-2017 11:54
Nous sommes dans un pays de merde
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Opposition désunie

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans après la COP21, quels changements?

12 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017