Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Enième attaque des positions des FAMAS au Nord du Mali: Les hélicoptères de combat de l’Armée malienne se font toujours attendre

Les attaques meurtrières contre les soldats maliens se comptent par dizaines au point d’être banalisées. Même si, par ailleurs, les autorités ne ratent aucune occasion pour clamer leur détermination à faire des FAMA une armée équipée et entrainée à hauteur de mission.

Beaucoup de décisions ont été prises en faveur de l’armée, mais rares sont celles qui ont été appliquées. Que de promesses faites, mais si peu ont été suivies d’effet, sinon tardent à venir. Après cette énième attaque des positions des FAMA à Gourma Rharous, dans la région de Tombouctou, les assaillants n’ont été poursuivis et mis hors d’état de nuire que grâce à la puissance de feu des hélicoptères de Barkhane. Le gouvernement va-t-il pour une fois respecter sa promesse, en dotant enfin les FAMA des hélicoptères de combat ?

La guerre asymétrique que les narco-terroristes imposent aujourd’hui à nos FAMA, demande de la part des autorités politiques, une action diligente et des moyens à la hauteur des enjeux. Les beaux discours et les belles déclamations poétiques doivent maintenant céder la place à un pragmatisme conséquent. Le rappel élogieux des périodes glorieuses de notre histoire, doit laisser place à des actions concrètes et quantifiables, en termes d’entrainement et d’équipements pour les FAMA afin celles-là puissent faire face au péril terroriste. Qui ne se rappelle pas de ces passages du discours du Présideront IBK, à l’occasion de la fête de l’Armée le 20 janvier 2016, qui ont, non seulement, fait vibrer en chaque Malien la fibre patriotique, mais aussi, suscité beaucoup d’espoir pour une armée enfin bien équipée et bien entrainée : « Notre peuple a toujours été fier des hommes qui l’ont défendu tout au long de son histoire.

C’est pourquoi, au jour d’aujourd’hui, nous puisons dans leurs faits et gestes, les motifs de réconfort et d’espoir pour l’avenir. Notre vaillante armée peut se glorifier de son histoire héroïque et de son passé glorieux. C’est une armée profondément consciente des enjeux du futur et qui est décidée à gagner le pari de la paix et du développement. (…) L’armée du Mali, dans tous ses démembrements, mérite notre attention, notre respect et notre considération. Comme nous l’avons montré par les multiples initiatives en cours, nous avons à cœur de créer les conditions les meilleures de son plein épanouissement et du renforcement continu de ses capacités. Elle bénéficiera à cet effet, des moyens, d’une formation adaptée et d’un équipement approprié. La réforme du secteur de la sécurité ainsi que l’adoption et la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire découlent de ce choix et de cette ambition pour notre armée … ».

Deux ans après ce discours plein d’assurance, le constat demeure alarmant, en termes d’équipements adaptés au contexte de guerre asymétrique. Aucun hélicoptère de combat pour les FAMA et au même moment des voyages de prestiges sont effectués et des crédits des institutions qui s’accroissent d’année en année. Les attaques quasi quotidiennes contre les FAMA, ne cesseront que lorsque des hélicoptères de combat seront mis à leur disposition. L’attaque de Gourma Rharous et la riposte des forces françaises, via les moyens aériens, pour mettre hors d’état de nuire les terroristes, sont la preuve tangible que seuls les hélicoptères de combat sont les moyens adéquats pour venir à bout des terroristes.

A quand donc la livraison des premiers hélicoptères promis par le Président IBK ?

Youssouf Sissoko

Source : Infosept

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017